Elle est passée !

En attendant les prochaines dates, prenez connaissance des remarques et propositions formulées par des habitants des villages que nous avons visités.

Le gros problème est la circulation, tout devient dangereux à Muzon si l’on veut se déplacer ou stationner.

Nous souhaitons étudier avec la ville :

  • un passage piéton à la sortie de Muzon,
  • un miroir en face de la rue de la Fosse aux Loups,
  • un ralentisseur dans cette même rue,
  • une fréquence de transports en commun plus adaptée,
  • le problème de la vitesse sur la départementale,
  • un aménagement cyclable fonctionnel toute l’année vers le bourg et la TAN,
  • la préservation de l’environnement (haies, dépôts sauvages),
  • 100 % de produits biologiques à la cantine municipale,
  • un programme de reboisement,
  • un espace de coworking pour favoriser le télétravail.

Habitants de la Ménardais, nous souhaitons :

  • créer une liaison cyclable au bout de la rue Chédorgere vers la piste de la Ménardais,
  • un aménagement cyclable fonctionnel toute l’année du bourg vers la TAN,
  • une amélioration de la fréquence de transports en commun insuffisante et non fiable,
  • améliorer l’éclairage,
  • sécuriser les déplacements piétons et cyclistes,
  • un aménagement des trottoirs et de la piste cyclable sur la route départementale plus logique,
  • un entretien assuré de la piste cyclable (feuilles glissantes en automne et ronces qui griffent en été),
  • aménager le chemin de la Cassière de façon confortable et propre.

Emmanuel Renoux a aussi répondu aux questions posées par l’Association des Habitants de la Ménardais.

Les remarques et propositions des habitants de la Rinçais sont les suivantes :

  • amélioration de l’éclairage rue George Sand côté rue de Malandré,
  • sécurisation de la rue de la Rinçais, entre le stade et le chemin des Vallons, dangereuse pour les piétons, poussettes, nounous en promenade avec des enfants, les vélos…
  • jeux voire un jardin pédagogique demandé au Champ Morin par des parents, des nounous et des grands-parents,
  • problème de déchets chemin des Haies non ramassés par Veolia en raison de l’absence de plaques de retournement – cela ne peut rester en l’état pour les riverains qui demandent de prendre des mesures avec ou sans Véolia –
  • prévoir une piste cyclable entre Treillières et Ragon.

Habitants de Ragon, nous avons fortement l’impression d’être oubliés et souhaitons être concertés. Il faut :

  • revoir la circulation au bout de la rue de la Gouërie en « fermant » le milieu de la RDcar les plots actuels n’empêchent pas les voitures venant de Treillières de couper,
  • à l’autre bout de la Gouërie, réfléchir à changer la position de l’arrêt du bus et doubler sa taille,
  • revoir la visibilité sur la route du Verger et le chemin des Mares,
  • résoudre le problème de l’entrée-sortie de la rue des Saules sur la RD, anxiogène voire dangereuse en faisant un rond-point sans couper la voie de bus et en limitant de la vitesse à 50 Km/h entre le Ragon et la rue des Saules,
  • installer un commerce de proximité, un tiers-lieu ou voir avec une sandwicherie au Ragon par exemple,
  • changer l’emplacement du dépôt de recyclage et voir où peut être prévu un autre emplacement.

 

Au Verger, nous souhaitons vous interpeler sur :

  • le problème du brûlage, tolérable pour les liserons et « mauvaises » herbes mais interdit par la loi pour les déchets verts, et dont une solution pour les habitant serait un service de broyage itinérant à la demande,
  • une demande d’un passage sécurisé sur un côté jusqu’au stop,
  • une proposition d’un éclairage public par détection de passage,
  • trouver à proximité un lieu pour les jeunes,
  • l’entretien des 2 jardinières (qui ?),
  • l’éclairage de l’aubette qui ne marche pas,
  • le souhait d’une concertation pour refaire la route avec des aménagements sur un côté et notamment la palette de retournement béton.

Dans le quartier des Meuniers, nous avons souhaité discuter de :

  • la Rue des Moulins : impact des nuisances sonores avec MAS Diapason et GDF non traité par la mairie et la CCEG – les riverains sont en justice-,
  • l’école de musique à moderniser,
  • le château à faire revivre comme avant, avec un centre de loisirs en plein air et y faire revenir une activité de type accrobranche…
  • la perte des ardoises du clocher de l’église…

Les préoccupations des habitants du quartier Pigeon Banc – Levée des Dons sont actuellement les suivantes :

  • le niveau sonore de la 4 voies trop élevé,
  • les chicanes remplacées par des dos-d’âne moins satisfaisants,
  • les chemins devant bénéficier d’un éclairage public,
  • les liaisons cyclables à créer,
  • l’absence d’arrêt sur la ligne Aléop 300,
  • l’absence d’aubette pour les personnes allant vers Treillières.

Le carrefour Tertreaux/Gréhandière/D49 est trop accidentogène ; il y a eu plusieurs accidents. Comment faire pour améliorer cette situation ? Nous n’avons pas de contact avec la mairie qui nous a oubliés. Nous souhaitons aussi vous faire part :

  • de notre besoin de rejoindre le bourg à vélo – mais par quel circuit ? Aller vers la voie ferrée dite Voie verte nécessite sa réfection et un passage sécurisé sur la RD, ou passer par la ferme qui est isolée provoque une inquiétude quant à la sécurité des collégiens et un conflit d’usage puisque c’est un passage pour les animaux de la ferme -,
  • des nuisances provoquées par le comblement du bassin tampon d’eau pluvial depuis la réalisation de l’assainissement,
  • de la grande dangerosité de la traversée de la rue de la Gréhandière pour les enfants, avec une circulation très dense le matin et le soir et des limitations de vitesse peu respectées – il manque des passages piétons sécurisés -,
  • de dos d’âne pas aux normes en bas du village, dangereux pour les voitures,
  • de la route non nettoyée suite aux travaux, ce qui est dangereux pour les 2 roues,
  • du besoin d’un lieu arboré, petit parc avec quelques bancs où structure légère assurant un lieu de rencontre, de convivialité entre eux.

Les habitants de la Cathelinière soulevent les points suivants :

  • ajouter une poubelle verte pour collecter le compost,
  • il est urgent de développer les voies vertes,
  • plus d’activités pour les adolescents avec un vrai espace pour eux.

À la Méanrdais est, il a été demandé :

  • un espace vert pour les enfants du quartier,
  • quid de l’école de musique ?
  • des transports en commun plus réguliers vers le terminus du tram pour diminuer les trajets en voiture,
  • créer des liaisons « douces » pour un maillage hameaux/bourg/village,
  • repas bio dans les écoles,
  • rattachement à Nantes Métropole qui permettrait une liaison TAN,
  • aménager une petite placette rue de la Loeuf.

Les habitants trouvent nécessaire :

  • une zone d’évitement pour permettre aux véhicules de se croiser (tracteur, car scolaire…),
  • de résoudre le gros problème pour stationner dans le hameau (livraison, visiteurs etc.),
  • de résoudre le problème de stationnement pour les livraisons à Moisson Nouvelle,
  • de revoir la sécurité routière au niveau de la route Garambeau (réduire les trottoirs, dos-d’âne ou autre…),
  • de rénover la voirie très dégradée par endroit.

Les propositions et remarques des habitants du quartier des Jardins des Hauts Gesvres sont :

  • ajout de poubelles dans le bois, aux abords du collège, à l’entrée du terrain de rugby,
  • il y avait une table avec bancs près du collège, mais pas de poubelles, donc des déchets au sol, la mairie a trouvé  la solution : elle a enlevé  la table…
  • nous attendons toujours un panneau que la mairie devait poser au bout d’une impasse indiquant qu’il est impossible de faire demi-tour…
  • assurer l’éclairage dans les petits chemins,
  • demande directe d’enfants : « ce serait bien d’avoir une entrée sur le terrain de rugby côté médiathèque»,
  • vitesse excessive des véhicules dans une zone 30 mal voire pas signalée,
  • utilisation de La rue Emond Doré Graslin (qui part du Collège à la rue des Baleines) comme itinéraire bis,
  • ramassage des poubelles : augmenter le nombre de passage en été (odeur et asticots).

 

Lors des permanences dans le bourg, les habitants soulignent les points ci-dessous.

  • Cela n’a pas de sens, ce flot ininterrompu de véhicules à certaines heures avec les bus notamment, on n’est pas en sécurité si l’on est piéton ou cycliste. Pire le soir s’il pleut par exemple, la visibilité aux carrefours est nulle, y compris pour les voitures.
  • Rue Général de Gaulle, problème de parking et de plots empêchant l’accès des ambulances et livreurs à la résidence séniors.
  • Aménagement d’une piste cyclable vers l’école Alexandre Vincent.
  • Passage piéton en mauvais état et dangereux pour les personnes âgées.
  • Des déchets Chemin de la Messe, un habitant les ramasse depuis 5 semaines, la ville ne fait rien.
  • Pas assez de bancs sur la voie verte et un manque de sécurité avec les scooteurs.
  • Il faut un espace naturel de jeux accessible pour les jeunes, avec un abri et un contrat de bonne conduite.
  • Problème de boue et d’écoulement sur la voie verte impraticable en ce moment, on y trouve de nombreux déchets plastiques, mais pas de poubelles.

L’inspiration

Un outil de concertation original
La démarche des « Rencontres de la concertation » naît début 2019 quand Emmanuel Renoux prend connaissance de la caravane de la concertation de Saint-Sulpice-la-Forêt, utilisée pour récolter les points de vue des habitants dans le cadre d’un projet urbain participatif. Cet outil lui paraît être une première réponse évidente à la nécessité d’être proche des habitants. Et en effet, lorsqu’il partage cette idée, toute l’équipe est persuadée que cela contribuera à impliquer réellement les citoyens dans les décisions municipales. Projet adopté !

La préparation

Huile de coude et économie circulaire
Après de longs mois de recherche, une caravane à prix abordable est enfin dénichée. Les idées vont bon train. Les uns poncent et trouvent du matériel en recyclerie. Les autres travaillent la décoration, ainsi que les supports de consultation et d’information. Du fablab à l’atelier de couture, chacun s’investit en mobilisant les ressources dont il dispose. Comme dans tout projet, il y a des imprévus, mais l’équipe y fait face avec ingéniosité et bonne humeur.
Réutiliser, réparer, s’entraider, créer du lien… Le développement durable est à tout moment au centre de notre action.

La concertation

Des dialogues riches et conviviaux
La caravane est un espace emblématique, facile à repérer et qui se déplace dans chaque quartier au plus près des habitants. Notre objectif est d’écouter leurs constats et leurs attentes et de réfléchir ensemble aux priorités pour demain. C’est aussi une occasion pour les habitants de faire connaissance avec des membres de notre équipe Nouvel R.
À partir de novembre 2019, notre équipe Nouvel R installe ce lieu convivial d’information, d’expression et d’échange, chaque samedi et/ou dimanche dans un quartier différent. Jusqu’à février 2020, 20 rencontres sont ainsi planifiées dans 17 lieux. Et nous en ajoutons !

18 lieux, 29 dates

Quartiers visités : Muzon, La Rinçais, Le Verger, La Gréhandière, Vireloup (2 parties), La Ménardais (est / ouest), La Frosnière, Ragon, Les Meuniers, La Cathelinière, Le Pigeon Blanc- Les dons, Garambeau, Les Jardins du Haut Gesvres, Le Bourg – Marché, Le bourg – Liberté, Le Bourg – parking de l’école A. Vincent

Muzon le 16 novembre

Muzon le 16 novembre

Samedi de 10h à 13h à proximité de l'arrêt de bus de la rue du four de Muzon